sante-participative.org

Site conçu par Fabrice Boudinet

fabrice-boudinet.fr

Suivez nous

  • Twitter Clean

La santé participative et

l'éducation par les pairs

Partie intégrante de l'éducation thérapeutique : Les échanges entre pairs présentent une grande diversité de configurations. ils valorisent les savoirs expérientiels de leurs participants : le malade est expert de «comment vivre avec sa maladie», c’est un savoir intime. Les échanges entre pairs visent un objectif de soutien mutuel, de rééquilibrage des relations avec le pouvoir médical mais aussi de partenariat avec les instances décisionnelles (la démocratie sanitaire). Nous sommes au croisement de la santé participative et de l'éducation thérapeutique.


On peut retenir trois caractéristiques propres aux actions de soutien par les pairs, tout d'abord, le partage d'un vécu commun, en résonance, par des personnes a priori étrangères les unes des autres, s'articulant autour de facteurs individuels (self-help) et de groupe (mutual help) ; ensuite, l'action libre et gratuite entre pairs, se démarquant des formes d'aide rétribuées et gérées par des professionnels ; enfin, l'égalité entre membres du groupe, excluant, les rapports hiérarchiques et de pouvoir entre aidant et aidé.



Au coeur de l'éducation thérapeutique et de la santé participative : Depuis une trentaine d’année, les personnes malades ou leurs proches, ont exprimé (revendiqué) de partage des difficultés rencontrées, des émotions éprouvées, d’expériences pratiques. Quelles que soient les formes prises ¬ informations, partage d'expériences, conseils, activités sociales, soutien, revendications ¬ ces actions permettent de limiter les effets de l'isolement social et de la stigmatisation, d'apprendre de nouvelles stratégies pour faire face, de renforcer la confiance et l'estime de soi durant une période d'épreuves. Ceci favorise  la construction d'une identité par un travail individuel et collectif de redéfinition de l'expérience de maladie.


Le processus de reconnaissance des droits des malades et des personnes handicapées, la reconnaissance de leurs savoirs expérientiels et de leur statut d’acteur, sont indispensables à tout processus d'éducation thérapeutique et font partie de l'empowerment visant à renforcer l'autonomie des personnes. Les actions de soutien favorisent les initiatives renforçant un comportement actif et responsable des individus face à leur santé. La figure du patient-acteur est en train d'émerger comme porteur de droits, sollicitant de nouvelles solidarités, revendiquant une réelle participation aux décisions qui le concernent et une réelle santé participative.